Nous avons interviewé Quentin, ingénieur qualité à Lille

Greenly : Le réchauffement climatique est-il un sujet de préoccupation pour vous? Qu'est-ce qui a déclenché cela ?

Quentin : C'est sujet qui prend de plus en plus de place dans mon quotidien, et qui va encore gagner en importance alors que ces conséquences vont se manifester de plus en plus clairement. Pour moi, le déclic s'est produit il y a trois ans, au cours d'un stage de permaculture en Irlande, dans une ferme qui prône le respect et la symbiose avec la nature. J'ai alors compris qu'il y avait une autre façon de vivre en cohérence avec la nature.

La permaculture est un mouvement créé dans les années 70, qui propose une approche de l'agriculture respectueuse des écosystèmes. Cela passe par l'aménagement de cultures complémentaires entre elles et des modes de production plus économes, par exemple avec plus de compostage, d’économie d’eau etc.

Qui doit agir en priorité selon vous ? L’Etat ? Les entreprises ? Les citoyens ?

Nous avons tous notre rôle à jouer. Nous avons la chance de vivre dans une démocratie, et cela veut dire qu'en tant que citoyen, nous avons un vrai pouvoir de faire bouger les choses. Par exemple, si chacun refuse de prendre l'avion, il faudra organiser les transports différemment. Les citoyens peuvent imposer leurs choix travers leurs actions et décisions collectives, y compris aux entreprises et à l'Etat.

Je pense que nous pouvons ainsi accélérer la prise de décisions fortes de la part des entreprises et des Etats. Des mobilisations comme les Marches pour le Climat ont déjà commencé à faire bouger les lignes, et ont vrai impact.

Cela affecte-t-il votre comportement personnel ? Que faites-vous ?

Mon comportement personnel est très impacté par cette prise de conscience. Par exemple, je fais le choix de privilégier les transports en commun plutôt que la voiture personnelle. Même si je prend deux fois plus de temps pour me rendre au travail, je le fais car je divise par deux l'empreinte carbone de mes transports quotidiens.

Pour mon alimentation, je privilégie les circuits courts, c'est-à-dire les agriculteurs locaux, et les fruits et légumes de saison. Cela permet de mieux se caler sur des cycles naturels et même de réapprendre à écouter la nature.

En pratique, j'utilise des applications comme  le Court-Circuit, une plateforme qui met en relation les agriculteurs et les consommateurs, avec un très grande transparence sur l'affectation des paiements.

J'essaye aussi de m'informer un maximum, en cherchant des contenus liés à ces thématiques. Je suis les publications de sites de référence comme ceux de Carbon 4, du Shift Project, de la Fresque du Climat, et de certaines associations comme Greenpeace, ou encore les pages du Collectif Citoyens pour le Climat ou des Ingénieurs Engagés. Quand j'étais étudiant, j'avais signé le Manifeste du Réveil Ecologique. Le fait de s'informer est un premier pas vers l'action.

Quantifier-vous vos efforts? Y voyez-vous un intérêt ?

Je quantifie beaucoup mes efforts, notamment via des applications de transport. Je regarde le calculateur d'empreinte carbone Oui.SNCF quand je prends le train. Sur la métropole lilloise, j'utilise l'application Ilevia pour quantifier l'impact carbone de chaque mode de transport.

Depuis que Greenly est disponible sur Android, j'utilise l'application pour jauger mes dépenses obligatoires, mais aussi mes dépenses de divertissement. Cela me permet de compléter le suivi de mes transports, via mes dépenses bancaires.

L'empreinte carbone de Quentin, inférieure de 30% comparée à la moyenne des Français

Que faites vous de cette information ?

Ces informations me servent à jauger et surtout à faire de meilleurs choix. Typiquement, à l'analyse, on se dit, si une dépense en particulier  a entrainé autant d'émissions, était-ce bien nécessaire? Jusqu'ici, on était incapable de chiffrer, et donc d'orienter avec plus de précision son mode de vie.

Le partage de vos données bancaires pour se suivre au quotidien est-il un frein ?

Je peux comprendre que ça freine les gens de partager leurs données bancaires. Il y a des gens qui ont déjà du mal à se dire qu'il faut utiliser les applications mobiles de leur banque sur leur téléphone portable, et puis finalement, ils ont fini par s'habituer. Pour ma part, le sérieux de l'équipe de Greenly, leur expérience dans la tech, m'a rassuré sur les développements , sur le fait que l'application est respectueuse du RGPD et que les données bancaires sont bien cryptées.

Quelle fonctionnalité vous paraît la plus intéressante ? Sur quoi doit-on travailler davantage?

Ce que j'aime beaucoup, c'est la simplicité d'utilisation dès le début. C'est bien pensé pour une lecture facile. Ce que je voudrais avoir à l'avenir, c'est peut-être une sorte d'assistant personnel dans l'application qui me guiderait à faire mieux dans un domaine ou dans un autre... voire qui irait jusqu'à prendre en charge à ma place toute la paperasse administrative pour changer d'opérateur et me tourner vers des services plus verts. Il pourrait aussi me proposer des  défis ou même me fournir des informations sur les bons plans à côté de chez moi, par exemple pour changer d'alimentation.

Si Greenly propose des défis, il serait intéressant de les mettre en relation avec les différentes trajectoires climat, notamment celle recommandée par l'Accord de Paris sur le Climat pour limiter le réchauffement climatique.

Pourquoi recommander Greenly ?

Je recommanderais Greenly à 100% parce que ça permet d'aller un peu loin dans l'idée que chacun peut modifier sa vie, en mesurant les actions qui ont un réel impact.

Pour mesurer et réduire ton empreinte carbone tout en finançant la transition écologique, tu peux télécharger notre app' sur iPhone ou Android.