Nous avons interviewé Leni, dirigeant d'entreprise

Leni nous a expliqué comment il a changé vers des habitudes plus responsables.

Greenly : Le réchauffement climatique est-il un sujet de préoccupation pour vous? Qu'est-ce qui a déclenché cela ?

Leni : Je fais partie d'un groupe d'amis très engagés pour l'écologie depuis des années. Ils m'ont emmené à m'intéresser de plus en plus au sujet au fil du temps. Quand j'ai eu ma fille, la prise de conscience est devenue plus aigüe. Je suis entrepreneur dans la formation professionnelle. J'ai donc eu envie d'aborder les choses sous l'angle de l'éducation. Pour m'engager davantage, j'ai rejoint deux associations, d'abord la Fresque du Climat puis le Shift Project.

La Fresque du Climat propose des ateliers collectifs pour mieux comprendre les composantes du dérèglement climatique. Il s’agit d’un jeu cartes qui se jouent à 6/8 personnes et qui décrit des phénomènes liés au réchauffement climatique, et d'autres qui représentent des causes possibles. En les assemblant, nous invitons chacun à découvrir les liens de causes à effets entre les deux.

Le Shift Project est une association qui vise à éclairer le public et les décideurs sur les enjeux du réchauffement climatique via des études et des propositions de solutions. Mon rôle dans cette association est de travailler sur des projets liés à l’éducation et la formation interne à l’association.

Par ces activités, je suis très souvent confronté au fait qu'il est difficile d’expliquer aux gens pourquoi il faut se mobiliser pour la transition écologique, en trouvant à chaque fois les bons arguments. Ce que j'aime avec la démarche de Greenly, c'est que finalement, l'explication se fait très naturellement, en orientant les gens simplement vers des comportements plus vertueux et en les récompensant. C’est positif et tourné vers l’action et ça évite le phénomène de l’autruche qui ressemble souvent à « j’ai peur des effets du réchauffement ou je suis carrément sceptique et je préfère ignorer la bande d’écolos qui me fait la morale… ».

Qui doit agir en priorité selon vous ? L’Etat ? Les entreprises ? Les citoyens ?

Je dirais que la responsabilité première revient à l'Etat. Une étude du Shift avait montré il y a quelques mois que les individus pouvaient atteindre 25% de l'effort de l'objectif de l'Accord de Paris, qui consiste à passer de 12t de C02 émis par an actuellement à 2t en 2050. Cela n'enlève rien à l'intérêt de l'effort individuel, mais les Etats et les entreprises doivent parcourir le reste du chemin.

Mais rappelons-nous que les individus travaillent en entreprise, et que les citoyens votent. Donc c'est aussi à eux de faire bouger les choses par les institutions.

Est-ce que cette sensibilité écologique affecte votre comportement ?

Complètement ! En famille, on raisonne en regardant où nous générons le plus d’émission carbone et on trouve des alternatives.

Je me suis d'abord demandé où mon argent était placé, et j'essaye de sélectionner ma banque parmi les plus vertueuses. D’ailleurs ce n'est pas simple, car si on prend par exemple le Crédit Coopératif ou la Nef, c'est difficile d'ouvrir un compte chez eux par rapport à une banque classique.

Sur les transports, c’est plus facile d'être écoresponsable quand on est Parisien on bénéficie des transports en commun. Personnellement, j'ai vendu ma voiture. C'est moins simple pour ceux qui vivent en province.

Dans le travail, ma femme et moi qui avons un rôle commercial prenons exclusivement le train. On passe nos vacances en France et on limite l’avion, c’est 1 fois par an au maximum.

Sur l'habitation, je me suis demandé comment être plus efficient, en choisissant un fournisseur d'énergie verte, ou comment me chauffer de façon plus écologique.

Il est plus facile d'agir sur le textile et les biens de consommation. Je vais chercher à acheter plus cher et qui dure ou passer par la seconde main.

Par exemple je fais des efforts pour garder le même téléphone, ordinateur ou écouteurs depuis plus de 5 ans grâce aux extensions de garantie. Elles permettent de changer des pièces et continuer à utiliser plutôt que jeter et racheter des équipements bon marché qui meurent en 1 an.

Sur l'alimentation, il y a des choses faciles à faire, notamment diminuer sa consommation de viande. Je suis végétarien 5 jours sur 7. On sent bien qu'il y a des habitudes très ancrées chez les Français comme le bon vieux steak frites ou burger du bistrot ou du fast food. Un steak dans un hamburger c’est 600 litres d’eau consommés.

Quantifiez-vous vos efforts ? Y voyez-vous un intérêt ?

Avec le Shift, on a créé des outils pour quantifier son bilan carbone personnel. Mais ces outils ponctuels peuvent parfois être compliqués à utiliser car on a pas toujours en tête toute sa consommation ou ses dépenses de l'année. En ce sens, Greenly facilite les choses en les automatisant.

Que faites-vous de cette information ?

Je me sers de cette information pour identifier quelles actions ont le meilleur impact, et où sont mes marges de manœuvres pour m'améliorer le plus facilement.

Le fait de partager vos données bancaires a-t-il été un frein ?

Bien sûr, je me suis posé la question de savoir si les données sont sécurisées, mais à la lecture des explications, j'ai été rassuré.

Quelle fonctionnalité vous paraît la plus intéressante ?

Ce que je trouve vraiment top, c'est d'avoir un suivi de mes émissions mensuelles et de voir comment ça évolue dans le temps. Avoir cette boussole génère une vraie prise de conscience . Pour l'instant, Greenly est simple et efficace pour quantifier son empreinte carbone de façon automatisée. Ce qui m'intéresse, c'est d'avoir une analyse de mes comportements d'achat les plus et moins vertueux, pour savoir ce que je dois entériner comme habitudes, et ce que je dois arrêter.

Ce qui serait intéressant, c'est non seulement avoir des objectifs chiffrés par poste de dépenses, mais aussi plus de conseils pratiques pour mieux atteindre son but.

Le risque principal, à mon sens, c'est que la mesure ne soit pas assez précise sur certains calculs de C02 émis ou évités, ou sur certaines dépenses, si l'analyse n’est pas pertinente cela est un frein.

Recommanderiez-vous Greenly ?

Je recommande déjà Greenly, pour que chacun puisse prendre conscience de ses émissions. Je suis persuadé que cette prise de conscience est la première étape pour avoir envie de changer.

Pour mesurer et réduire ton empreinte carbone comme Leni tout en finançant la transition écologique, tu peux télécharger notre app' sur iPhone ou Android.